Cité productive et villes maritimes : villages et paysages de l'eau liés à la production dans la côte de la Sardaigne

L’Union Européenne, en tant que l’un des acteurs mondiaux des océans et l’un des plus grands producteurs de produits de la pêche, a une grande responsabilité dans l’utilisation soutenable, la protection et la valorisation des ressources des mers. Son action vise à accroître la compétitivité de l’économie maritime, les moyens de subsistance des communautés côtières et le développement d’une économie de la pêche durable ; en fait, la gouvernance de ce secteur de production au niveau continental est une question cruciale, surtout lorsqu’elle est abordée par le biais de règles uniformes.

Dans la mer Méditerranée, cela semble particulièrement complexe, car elle est bordée par les États membres de l’UE, l’Afrique du Nord et la rive occidentale du Moyen-Orient ; en outre, cette mer est également la route la plus courte et la plus fréquentée entre les Amériques et l’Asie, via le détroit de Gibraltar et le canal de Suez.

Pour l’Italie, gouverner la pêche signifie donc opérer sur un double front : un premier front, politique, au sein de l’Union Européenne ; un second front, géographique, représenté par la zone de pêche qui partage les ressources biologiques avec la région des Balkans à l’est et l’Afrique du Nord au sud.

À la lumière de ce qui précède et compte tenu de sa position au centre de la Méditerranée, la Sardaigne est adoptée comme étude de cas pour comprendre les dynamiques environnementales, socioculturelles et économiques et pour imaginer des modifications territoriales visant au développement d’une nouvelle pêche raisonnée.

Identifiant avec le terme ‘côte productive’ l’habitat électif des communautés de pêcheurs, c’est-à-dire l’ensemble des lieux que l’homme transforme dans la pratique de ses activités de capture de poissons, la recherche se penche sur cette problématique :

Quelle contribution la conception architecturale peut-elle offrir (à l’échelle locale) à la déclinaison des objectifs de durabilité de la pêche explicités (à l’échelle globale) par l’Agenda 2030 et (à l’échelle européenne) par la Politique commune de la pêche à travers le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche et l’Aquaculture en agissant sur la côte productive, c’est-à-dire sur les territoires impactés par cette transition ?

Date :

2022 - en cours

Doctorant :

Andrea CADELANO

Composition du jury :

Directeur de thèse : Rémi PAPILLAULT, professeur, ENSA Toulouse

Mots clés :

Sardaigne, Côte, Pêche, Océan, Eau, Cité productive